Une dernière étape : vérifiez votre boite email

C’est bientôt fini…vérifiez votre boite mail afin de valider votre inscription.

Sans titreMerci de vous être inscrit. Il reste encore une petite étape. Nous devons confirmer votre adresse e-mail. Vous recevrez rapidement un e-mail contenant un lien pour activer votre programme.

Ouvrez-le et appuyez sur le bouton “valider mon inscription”.

Si vous ne recevez rien après un certain temps, vérifiez votre dossier de courriers indésirables (spams) ou n’hésitez pas à nous contacter.

Si vous rencontrez un problème n’hésitez pas à nous écrire : >> Contacter L’équipe des mots du deuil
Voir commentaires (16)
  • Je suis à la fois des deux cotés: je suis référent d’une équipe d’accompagnement des familles en deuil et mon épouse qui faisait partie elle aussi de cette équipe est décédée il y a 6 mois elle n’avait pas encore 53 ans.
    Malgré plusieurs années de mission, 55 obsèques par année en moyenne, je suis dans le dénie du décès de mon épouse Catherine.
    Ma foi est intacte, je dirais même renforcée sans elle je ne tiendrais pas mais, il n’en reste pas moins que je suis fait moi aussi de chair d’os de sang de sentiment et humainement je suis dans une grande souffrance , je dirais même que je suis profondément malheureux.
    Je suis entouré plus par nos quelques amis que par la famille mais, c’est une sensation de vide un bien grand vide.
    Je n’ai pas cessé ma mission de référent d’une équipe de funérailles, peut-être même que je suis encore plus près de ces familles, seul le vide “personnel” me fait souffrir.
    Je sais qu’il faut passer du souvenir à la mémoire mais pour cela il faut du temps et, le temps des uns n’est pas le temps des autres.
    Je ne désespère pas, mais je poursuit mon chemin certes avec conviction mais aussi avec une grande peine.

  • Bonjour,
    Merci pour votre aide et vos conseils si précieux.
    Voilà presque 3 ans que l’un de mes enfants est décédé accidentellement à l’âge de 23 ans. C’est extrêmement dur â vivre.
    Bonne journée à tous et à très vite sur votre site.
    Sabine

  • Le plus difficile ce n’est pas d’oublier car c’est impossible et pas envisageable, mais c’est de se souvenir sans souffrir. En gardant le meilleur, sans culpabiliser pour des petits riens. Penser à celui ou celle qui est parti en se réjouissant simplement d’avoir eu l’immense bonheur de le connaître.
    Merci à vous pour ce que vous faites.

  • Pouvoir partager – se sentir compris – écouté – —- rompre cet isolement moral où l’on se sent condamné, avec ce si grand chagrin qui ne guérira pas…… Mon mari est parti voici juste 4 ans : c’était hier pour moi…
    Je me suis fait un petit univers – souvenir qui m’aide à tenir debout dans mon quotidien ! …..
    Oublier ???? Ce serait renier ces 55 années d’Amour- de tendresse – de communion ensemble – de connivence – d’entraide mutuelle pour avancer plus loin, plus haut dans l’épanouissement de l’autre ……
    Mais seule, maintenant = c’est trop dur …. et ce motus-bouche cousue est si douloureux …
    Si je peux trouver une présence sur votre site …… MERCI d’avance
    Jacqueline

  • Merci d’être de nouveau présent et de nous aider sur ce chemin extrêmement difficile … J’ai perdu ma soeur il y a un peu plus d’un an… merci

  • Contente de pouvoir à nouveau vous lire, cela m’aide car mon conjoint est décédé le 1er Novembre 2013.. Il avait que 54 ans !!crise cardiaque qui l’a emporté de l’autre coté du miroir…Cela fait plus de 6 mois mais j’ai un manque indescriptible… et en plus des problèmes de santé. Mon cœur saigne en silence…et pas évident de gérer tout cela tous les jours. Bien à vous.

  • Bonjour je perdu ma fille Audrey elle avez 23 elle ette partie en vacances deux jour apres mon telefone sone on me dit de me assoir et la il me dit votre fille a u une crise cardiaque elle n’avait pas de problème de santé , je narrive pas surmonté je toujours mal je ne sort plus je perdu la joie de vivre merci de me aide

  • Bonjour,
    Je viens de perdre brutalement mon mari il y a 1 semaine ; il est décédé d’un infarctus à la maison entouré de nous 3 (sa femme et ses 2 fils) …..c’est très traumatisant surtout sue l’on formé une famille très unie et nous avions tout pour êrtre heureux, aujourd’hui je me dis de rester forte pour mes enfants surtout, je me demande si un jour je retrouverai cette joie de vivre …..Merci pour votre aide

  • Bonsoir voilà 4 ans que mon fils de 20 ans a decide de mettre fin a ces jours……sans mot .comment arriver a faire face…..j’aimerai savoir si d’autre parent on vecu la même chose et ou ils en sont aujourd’hui.
    merci pour votre aide

  • J’ai pris connaissance de tous ces commentaires, quelques unes correspond à la perte de ma très grande amie religieuse que j’ai pris soins d’elle pendant 12 ans, car elle était hémiplégique. Elle était une confidente. Je l’ai aimé au cœur de la souffrance.
    Merci de m’avoir aider dans mon deuil et je continu à vous lire et à faire les exercices sur le deuil, cela m’aide à apaiser mon deuil.

Écrire une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publié.