Google+

Comment écrire durant le deuil ?

Mettre des mots sur les maux

Face à la solitude des mois qui passent, écrire peut être une façon formidable de libérer le torrent d’émotions qui nous traverse et exprimer les souffrances les plus silencieuses. Comme l’écrit si bien Paul Claudel « L’écriture à ceci de mystérieux qu’elle parle… ».

Il y a plusieurs manières d’écrire après la perte d’un être cher, certains écrivent une lettre au disparu, écrivent des petits mots sur les branches de leur Arbre de Souvenirs, d’autres tiennent un journal de deuil tandis que d’autres encore préfèrent le format d’un dialogue écrit avec le défunt. Pour beaucoup l’écriture est devenue un rituel rassurant et sécurisant.

Dans tous les cas écrire et partager sa peine peut être d’une vraie aide pour traverser son chemin de deuil.

Ecriture traverserledeuil

Quelques conseils pour vous aider à écrire

Ecrire accompagner deuilIl n’est pas évident, ni toujours facile de se lancer, souvent on ne sait pas comment s’y prendre, cette appréhension est une limite qui peut vous priver des bienfaits que peut apporter l’écriture. C’est pourquoi, si vous avez du mal à écrire, nous vous proposons quelques questions qui pourront vous aider à initier votre démarche :

•    “Qui était cette personne qui me manque tant ?” Je vous invite à parler de sa personnalité, ses qualités, ses défauts, ce qui la rend unique à vos yeux.

•    “Quelle était notre relation ?” Quelle était la nature de votre relation, ce qu’elle vous apportait, ce que vous lui apportiez, comment elle a évolué au fil du temps, les moments difficiles, les jours heureux ?

•    “Que s’est–il passé ?” Racontez le récit des derniers moments, les circonstances du décès, l’accompagnement de fin de vie, le choc de la nouvelle ou encore la manière dont vous auriez voulu que cela se passe.

•    “Quels souvenirs, heureux ou tristes, me reviennent à l’esprit aujourd’hui ?” Quelle est votre manière de faire vivre sa mémoire ? Vos rituels ? Ce qui réveille vos souvenirs et ce que vous ressentez en le faisant.

•    “Qu’est-ce qui est le plus difficile pour moi aujourd’hui ?” Ce qui vous apaise, ce qui vous fait souffrir, essayez de mettre des mots sur ces émotions parfois si difficiles à saisir.

•    “Quelles émotions me traversent : le manque, la culpabilité, la colère, la tristesse, la paix, la quiétude, la confusion… ?” Pourquoi est-ce que je ressens cela aujourd’hui ? Qu’est-ce qui a changé au fils du temps ?

•    “Où en suis-je aujourd’hui dans mon chemin de deuil ?” Moralement, dans votre rapport aux autres, dans votre vie de tous les jours ou encore concernant vos croyances.

•    “Quelles sont mes ressources, qu’est ce qui m’aide aujourd’hui ? Les accompagnants qui vous font du bien, amis, professionnels, voisins. Les activités qui vous aident à exprimer vos émotions, écriture, chant, dessin, musique.

J’espère que certaines de ces questions feront écho en vous et vous aideront à mettre des mots sur votre ressenti.

Partager un peu de sa peine

Il est parfois très aidant d’avoir un interlocuteur qui comprenne notre peine. Quelqu’un qui soit capable de nous soutenir sans jugement. Si vous le souhaitez, vous trouverez sur le forum l’écoute et le soutien dont vous avez besoin pour vous aider dans votre démarche d’écriture. Nous espérons que vous y trouverez des témoignages qui feront écho en vous et vous aideront à mettre des mots sur votre vécu de deuil.

>> Cliquez ici pour découvrir le forum.

Cet article est un petit extrait de notre aide en ligne gratuite.
Par le biais de notre programme personnalisé, nous vous accompagnons pendant un mois pour mieux vivre votre deuil. Recevez chaque semaine une vidéo, des conseils et des exercices pour vous aider.


 

Comment écrire durant le deuil ?
3.75 4 votes

Les recherches qui ont mené à cet article : « comment ecrire une lettre a un mort, écrire deuil, ecrire un mot pour un deuil, ecrire une lettre pour faire son deuil, exercice d\écriture deuil, les mots pour decrire la mort dune soeur ».

3 Commentaires

  1. J’écris chaque jour depuis 39 mois des pages et des pages dans mon journal de deuil, j’écris chaque jour ou presque sur un forum de deuil,j’ai écrit un texte sur les conditions de sa mort,un autre sur mon deuil ,un autre sur la dernière rencontre de mon groupe de parendeuil, je note précieusement les souvenirs qui me reviennent,je corresponds par mail avec 2 ou 3 mamans endeuillées, et j’ai très envie d’écrire un livre de mémoire sur et pour ma fille… malgré tout ça , la souffrance de son absence est toujours là….épouvantablement éprouvante…
    Je crois qu’écrire m’a sauvée…cela a donné une forme à mon infini chagrin, la forme des phrases que je compose inlassablement chaque jour…

  2. ..après plusieurs recommandations et après avoir regardé le magazine de la santé je me suis décidée à écrire pour me libérer et vider mon esprit de ses souvenirs que j’aimerais partager avec… mais l’autre n’a pas envie de revenir sur des souvenirs douloureux. j’ai parfois l’impression dêtre dans un rêve mais mon fils cadet est bien parti..

  3. Ecrire a été pour moi la soupape permettant un trop plein de douleur d’exploser en mon for intérieur.
    Un dimanche, alors que mon mari était hospitalisé, et que nous avions à nouveau eu de mauvaises nouvelles quant au traitement administré, une bouffée d’angoisse, de colère, de tristesse, de douleur m’a submergée. C’est en rentrant que j’ai éprouvé le besoin de communiquer et “d’étaler” ce qui était en train de m’étouffer. Je me trouvai sur mon site de FdB. La famille, les amis, les connaissances. Qu’importait ! j’ai vidé mon sac. Je n’étais pas seule, j’ai eu des réponses bien entendu mais pas de face à face. Ce face à face, je l’ai fait lors de la cérémonie de départ de mon tendre époux, un mois plus tard ! Depuis, et compte tenu des retours qui m’ont été faits, je n’arrête pas d’écrire. J’ai rejoint le forum où je peux m’étendre sur ma douleur et en même temps tendre une main à quelqu’un qui se trouve au creux de la vague.
    L’idée a fait son chemin en moi, celle d’écrire plus “professionnellement”, tout en restant personnelle dans mes expressions. Je vais m’inscrire à un atelier d’écriture.
    Dans un premier temps pour me maintenir dans ce monde-ci avec une activité qui me permettra de rencontrer d’autres personnes et de mettre en place une continuité de vie.
    dans un second temps, si mes capacités dans l’écriture me le permettent de venir en aide à plus démunis devant la mise en mots des maux divers et variés que nous pouvons rencontrer.
    Ecrivaine en centre hospitalier ? pourquoi pas ? aider à extérioriser ce qui angoisse, ce qui étouffe, à transmettre à ceux qui resteront le message d’amour que tout un chacun porte en lui.
    Ce serait merveilleux pour moi….
    quelle revanche pour moi sur la maladie qui a emporté celui qui faisait était ma vie.
    Mais n’allons pas si loin. Commençons par le commencement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Google+