Le deuil après le suicide d’un proche

Un deuil traumatique. Comprendre le syndrome de stress post-traumatique

 

La séance d’aujourd’hui sera consacrée à un aspect particulier de ce deuil : le traumatisme et l’éventuel syndrome de stress post-traumatique.

Ce qu’il faut savoir sur le syndrome de stress post-traumatique

Généralement, lorsqu’une personne est exposée à un événement traumatisant, un processus de cicatrisation psychique se met automatiquement en place dans le cerveau. Il a pour objectif de réduire le stress du traumatisme. Ce processus permet de “digérer” l’événement.

Malheureusement, dans le cas du suicide l’événement traumatique peut être tellement violent que le mécanisme naturel de cicatrisation psychique ne parvient pas à s’initier. Le cerveau n’arrive pas à intégrer l’événement.

Il peut alors apparaître un syndrome de stress post-traumatique, qui survient souvent entre un mois et trois mois après le suicide. Ce syndrome recouvre trois types de symptômes, qui persistent pendant au moins 1 mois.

1.[highlight]Les flash-back ou les images intrusives obsédantes[/highlight]

On revit, sans pouvoir le contrôler, l’évènement traumatisant. Cela peut prendre la forme de de flash-back, d’images intrusives, de cauchemars répétés… Dans la cas du suicide, ces flahs sont d’autant plus fort pour la personne qui a découvert le corps inanimé. Ils font irruption tout au long de la journée et sont particulièrement intenses au moment de s’endormir.

2. [highlight]Les conduites d’évitement[/highlight]

On cherche à éviter les situations qui sont, de près ou de loin, en lien avec le suicide. Par exemple, une mère dont le fils s’est noyé, ne peut plus aller à la piscine car la vue de l’eau, lui rappelle le suicide de son enfant.

3. [highlight]L’hyper vigilance : le stress chronique[/highlight]

Les personnes traumatisées se retrouve dans un état de stress chronique intense, elles vivent dans la hantise d’une nouvelle catastrophe et sont dans un état épuisant d’hypervigilance qui les rend vulnérable au moindre stress du quotidien.

Il en résulte des troubles anxieux, des problèmes de sommeil avec parfois un recours excessif aux médicaments ou à l’alcool pour combattre leur angoisse.

Vous pouvez nous donner vos retours sur votre vécu de deuil via ce formulaire

Le témoignage qui nous a ému

[box type= »note »]

Visionnez le témoignage d’Elisabeth, qui perdu son fils à la suite d’un suicide. Elle nous confie ce qui a pu l’aider.

« Comment traiter le syndrome de stress post-traumatique ?

[one_half]

Seul un psychiatre ou un psychologue peut vous proposer un traitement adapté. Mais sachez qu’il existe plusieurs pistes pour traiter ce syndrome : les thérapies cognitives et comportementales, certains médicaments qui visent à atténuer les symptômes, ou encore une technique thérapeutique de choix pour traiter les traumatismes : l’EMDR. Vous trouverez sur le site d’EMDR France, les coordonnées de thérapeutes certifiés.

[/one_half] [one_half_last]

Si vous pensez souffrir de ce syndrome, n’attendez pas pour aller consulter un psychiatre ou votre médecin de famille. Une fois ce syndrome traité, vous serez beaucoup plus disponible pour avancer dans votre travail de deuil.

[/one_half_last]

Voir commentaire (0)

Laisser une réponse

Votre email restera confidentiel.